Wikimédia

Le wikipédia pour les nuls

Peaky Blinders saison 2 disponible en streaming !

Avec la distribution fantastique, la cinématographie époustouflante et la bande sonore des années précédentes, toutes très présentes et correctes, la quatrième série des Peaky Blinders de BBC Two aurait pu confortablement fournir six heures de divertissement digne de ce nom sans prendre de risques majeurs.

Le fait qu’il ait évité la voie facile témoigne de l’ambition sans limite de l’émission : comme les gangsters avides de pouvoir en son cœur, Peaky cherche toujours quelque chose de plus grand et de mieux et se lance à nouveau sur nos écrans avec une férocité et une intensité que peu d’autres séries télévisées peuvent égaler.

La famille Shelby fait face à leur plus grande menace à ce jour – la mafia new-yorkaise, dirigée par Luca Changretta (un Adrien Brody captivant, qui transmet beaucoup de menaces avec un temps d’écran limité et seulement quelques mots de dialogue).

Peaky Blinders’ série 4 : Luca Changretta
BBC/CARYN MANDABACH/ROBERT VIGLASKY
Bientôt, tout le clan se retrouve en danger d’annihilation et cette heure claustrophobe se termine par une sacrée libération, alors qu’un John Shelby (Joe Cole) est abattu dans un drive-by des années 1920, des gorilles de la mafia sautant derrière un cheval et une charrette.

La distribution et le créateur Steven Knight ont promis que ce qui suit est la meilleure série de Peaky Blinders à ce jour. Mais il promet aussi d’être le plus sombre – parce que, même avant la disparition (présumée) de John, les Shelby divisés sont dans un mauvais état dans le sillage de Tommy qui les achète tous à la police.

Un an après, toute la famille a sauvé Tommy qui a failli être pendu pour leurs crimes et ils sont encore sous le choc à leur façon. Dans une performance bravoure, Helen McCrory est tour à tour terrifiante et extrêmement sympathique en tant que Polly qui est aussi résolue et impitoyable que jamais, mais aussi terriblement endommagée par ses expériences.

Peaky Blinders’ série 4 : Arthur Shelby
BBC/CARYN MANDABACH/ROBERT VIGLASKY
Arthur, autrefois un bouledogue Brummie enragé, est l’ombre de son vieux lui même, confiné à la maison et littéralement ensorcelé, qui passe les heures ennuyeuses avec sa femme dominatrice et les poulets pour la compagnie. “(” Pour Noël, donnez-lui un kit de couture “, dit John en ricanant. “Pour qu’il puisse recoudre ses couilles.”)

Il s’agit d’une installation qui permet au brillant Paul Anderson, un maître éprouvé dans la transmission de la rage et de l’angoisse, de démontrer ses talents de comique alors qu’il a servi plusieurs des moments les plus légers de l’épisode. Celles-ci sont comme de la poussière d’or, rares mais, étant donné l’atmosphère sombre et paranoïaque d’une grande partie de l’épisode, d’une grande valeur.

Connexe : On dirait une comédie musicale de Peaky Blinders.

Et puis il y a Tommy (Cillian Murphy, toujours aussi envoûtant). Éloigné de sa famille, il a échappé à la saleté, à la fumée et à la lutte et ” profite ” d’une vie de sexe, de liberté et de whisky sours. Mais il y a un vide à propos de ce nouveau Tommy et alors qu’il pourrait commencer comme un personnage plus cultivé, des lunettes de sport et un nouvel OBE brillant, il termine l’épisode couvert de la tête aux pieds dans le sang d’un autre homme.

Les circonstances peuvent forcer sa main, mais ce qui compte vraiment dans ce premier épisode pour Tommy, c’est son incapacité à échapper non seulement aux péchés de son passé, mais aussi à sa propre nature. “Ma main a du sang dessus”, dit le cuisinier en renégat de Tommy quand son patron lui propose de trembler. “Le mien aussi”, répond le gangster aux yeux bleus. (Un bel homme de grande taille, dans un manteau noir poussiéreux, avec une main droite rouge….)

Et ce n’est pas seulement la violence. Une femme formidable – Jessie Eden, la vraie Jessie Eden, jouée ici par Charlie Murphy – attire l’attention de Tommy après avoir échoué à être intimidé et à remettre en question ses principes, tout comme sa femme Grace l’avait fait des années auparavant.

Peaky Blinders’ série 4 : Tommy Shelby
BBC/CARYN MANDABACH/ROBERT VIGLASKY
Tommy n’a pas changé du tout. Il est incapable de résister à ses vieux vices, y compris l’ingérence dans les affaires de sa famille, tout en faisant de son mieux pour exercer son influence de loin. Tout vient à la tête alors que le Changretta vendetta l’oblige à retourner à ses racines dans la Petite Lande. Comme le dit le vieil allié Johnny Dogs (Packy Lee), “Tu es le gitan sauvage pour toujours, Tommy”.

Peaky Blinders offre à la fois le familier et l’inattendu pour un début de série époustouflant – encore sale mais magnifique, sombre mais beau, mais nouvellement audacieux.

Les Shelby s’étaient élevés aussi haut dans les couches sociales qu’ils le pouvaient en compromettant ce qui rend le spectacle si irrésistible. Maintenant qu’ils ont été ramenés sur terre, et la perspective de les voir lutter non seulement pour retrouver le sommet, mais aussi pour survivre, est maintenant extrêmement séduisante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *